Pour une première visioconférence réussie, nous vous conseillons de :

Lister les personnes à inviter, leur envoyer par e-mail la liste des logiciels à utiliser

S’assurer que chaque personne puisse se connecter en l’appelant, de proposer une assistance à distance le cas échéant

Fixer un rendez-vous une 1/2 heure avant la réunion pour accompagner ceux qui ont le plus de difficultés techniques à se connecter

Choisir un horaire hors prises et départs de poste

Convenir d’une durée de réunion : 30mn à 1h30 et d’un ordre du jour

Designer un-e animateur-trice qui distribuera la parole

Rappel de sécurité avant d’utiliser des outils gratuits de visio’

Utiliser des outils de visio gratuit : c’est comme faire une réunion dans un café en terrasse.

Évitez de communiquer des informations privées. Utilisez si possible des salons privés pour vos réunions privées… Utilisez un mot de passe pour sécuriser l’accès au « salon » et si vous le pouvez : cocher les cases pour empêcher que des inconnus entrent dans votre salon, bref contrôlez qui entre et fermez la porte, c’est mieux.

Quels applications utiliser ?

Jitsi

Éviter les heures de pointes et créez un salon sécurisé, profitez de l’efficacité du logiciel libre.

Skype = Microsoft

Inviter d’abord les participants, puis créer une réunion et ajoutez-les à la réunion, vous pouvez les appeler pendant la réunion et les ajouter à la réunion. Skype a fait ses preuves c’est pour cela que Microsoft l’a racheté.

Zoom

13/04/2020 : S’abstenir

NDLR

Zoom en ce printemps 2020 : c’est un peu le nouveau café du coin, moderne, à la mode et pas trop cher, et surtout avec de belles tables en terrasse. On s’y donne tous rendez-vous, c’est commode il est situé juste en bas de la maison, ouvert jusque tard, il y a toujours une table pour s’y asseoir tous ensemble. Bref, ce café Zoom qui nous rend bien service il faut le dire, c’est vite devenu notre nouveau QG.

C’est vrai, comme le service assure, on est pas trop regardant sur ce qui se passe en cuisine. Après, que l’on prenne l’empreinte de notre carte bleue ou maintenant celle de notre ordinateur personnel. Comme on dit : il « faut bien vivre avec son temps » , après tout « on a rien à cacher« .

Ne jugeons pas trop vite notre nouveau café préféré sur la base de quelques indiscrétions de comptoirs. Et si les patrons du café ne le savaient pas en ouvrant(?), il le découvriront bien assez tôt : dans le quartier les clients sont aussi attentifs à la qualité du service qu’aux méthodes employées en cuisine. En bons commerçants, nul doute qu’il feront ce qu’il faut pour nous garder comme de futur clients fidèles !